FRANÇOIS AIME…

Après plusieurs années aux États-Unis, François Bléhaut décide de renouer avec ses origines et fonde, dans la cité phocéenne, Tamaris sa propre agence de paysagisme. Considérant qu’un projet de paysage doit être un lien réussi entre l’homme et son environnement, il crée aux côtés d’ARCHIK des extérieurs pleins de contrastes.

…LES PAYSAGES DANS TOUTE LEUR DIMENSION

« J’aime trouver le “génie du lieu” : ce qui rend unique un site, afin de le mettre en valeur et guider le projet que je vais créer autour. Cela peut aussi bien être une caractéristique physique que des éléments liés à la culture ou à l’histoire du lieu. Un paysage est sensible à sa position géographique et à son contexte sociologique. »

…CRÉER DES BULLES D’ÉVASION

« Dans mes projets, j’aime investir des espaces qui sont ignorés ou mal compris. À New York comme à Marseille, je trouve magique le fait de pouvoir faire s’arrêter les gens quelques instants dans un îlot de verdure. Dans une ville où tout tourne autour de l’efficacité, de l’économie, où tout est fait pour accélérer le temps, les « roof garden » deviennent des lieux où le temps s’arrête et qui – j’aime à croire – soignent les gens, comme le fait par exemple la méditation de pleine conscience. »

…TRAVAILLER LES LIMITES

« J’adore traiter les limites des jardins et créer de forts contrastes entre le sauvage et le régulier. Une bordure taillée méticuleusement se marie tellement bien avec des plantes vivaces exubérantes.
J’apporte toujours un soin particulier au choix des palettes végétales pour qu’elles soient évolutives, ainsi qu’à la durabilité des matériaux utilisés. Parmi mes essences favorites : l’arbre à papillons (Buddleia) pour sa facilité et l’attraction immédiate des papillons, et la Verveine de Buenos-Aire (Verbena Bonariensis) pour sa délicatesse. »

…LE POUVOIR DU VÉGÉTAL

« Les jardins, contrairement à l’architecture, ont un caractère non nécessaire et sont des évocateurs de poésie, de romantisme ou même de fantaisie. Ils offrent une parenthèse pour flâner, rêver et se laisser aller. Ce sont d’ailleurs souvent des lieux qui nous évoquent nos premiers souvenirs d’enfance. J’aime cette légèreté et avoir la chance d’offrir cela à mes clients. »

…« TAMARIS »

« Le nom que j’ai donné à mon agence. Il est lié au lieu qui m’a donné l’amour des jardins, mais « Tamarix Gallica » est aussi le nom botanique d’un des arbres les plus résistants aux assauts de la mer et du désert. Un nom évocateur… »

…LES BONS CÔTÉS DU CONFINEMENT !

« Je n’ai jamais eu autant de correspondance me demandant des conseils, que pendant cette période ! Sans doute parce que les gens ont eu plus de temps et ressentaient le besoin de garder un lien avec l’extérieur, chacun semble avoir pris conscience de la présence de ces petits témoins de vie que sont les plantes.
Un changement qui s’opère donc, et que j’observe aussi à plus grande échelle. Un grand nombre de promoteurs avec qui je travaille intègrent de plus en plus le végétal, avec parfois un véritable investissement. À Brooklyn, par exemple, j’ai conçu sur les toits de certains immeubles, des fermes qui fournissent directement les habitants en fruits et légumes ! »

Avec une certaine liberté retrouvée, vous avez peut-être l’envie de mettre enfin en action des projets nés de vos réflexions de ces deux derniers mois. François ainsi que tous les partenaires d’ARCHIK sont heureux de vous retrouver et d’échanger sur vos idées et vos projets !

INFORMATIONS PRATIQUES

Site Web : www.tamarisdesign.com
Compte Instagram : @tamarisdesign

Crédits Photos – Juliette Charvet Photographie, François Bléhaut