+ DE PHOTOS

TAM DAO

MARSEILLE 8ÈME | Carré d’Or

1 150 000 €

Type de bien Appartement
Surface 180 m2
Chambre(s) 4
Extérieur Terrasse, balcon
Courant Moderne
Architecture À collectionner
Réference OP934
ON AIME

Ses grandes terrasses avec jardins
Son design et ses prestations haut de gamme
Les détails architecturaux moderniste de l'immeuble

NOUS CONTACTER

Architecture emblématique du mouvement moderniste des années 60, cette résidence de standing à l'emplacement privilégié en plein coeur du Carré d'Or accueille en son dernier étage un superbe duplex de 180 m2 exposé Sud et ses deux terrasses à ciel ouvert de 93 et 86 m2.

Réaménagé avec finesse en 2013, cet élégant penthouse traversant révèle un vaste espace de vie ouvert aux lignes contemporaines et minimalistes. Vêtu d'un chaleureux parquet massif en chêne, les espaces jour et nuit s'imbriquent avec fluidité et harmonie entre les deux façades vitrées, bordées par des balcons végétalisés.
La cuisine Leight blanche, avec son plan travail en céramique, a aussi une fonction architecturale : elle créé l'entrée et sépare l'espace salon / salle à manger. Ses lignes pures camouflent les équipements de cuisine comme le double frigo, les fours, ou encore le Teppanyaki. Dans sa continuité, des meubles sur mesure abritent d'astucieux rangements et amènent le regard vers la pièce de vie. Une arrière cuisine et une buanderie rajoutent du confort à l'ensemble. L'espace nuit quant à lui, se dévoile en toute discrétion après un sas. Ici, trois chambres profitent chacune d'une terrasse et partagent une salle de bain et une salle d'eau. Un espace bureau, sobrement niché, complète ce niveau.
Lié par un escalier métallique sculptural aux lignes graphiques, le niveau supérieur livre un espace spectaculaire et lumineux grâce au jeu de transparence de ses gardes corps en verre et de ses façades vitrées toute hauteur, ouvert de part et d'autre sur les terrasses. D'un côté, une terrasse plein Sud aux allures de jardin bordé de graminées possède les traits caractéristiques de l'immeuble comme ses débords de toiture en béton et bois et ses mosaïques bleues. De l'autre, une cuisine d'été, une terrasse en ardoise avec pergola et des arbres en pots laissent deviner les nombreux moments conviviaux. La chambre parentale et une grande salle de bain viennent parfaire ce niveau. Une cave et un garage double complètent ce bien. Pour une famille d'esthètes à la recherche d'élégance, de beaux volumes et d'espaces extérieurs méridionaux. Des lignes modernistes et un escalier chef d'oeuvre de charpenterie : un mystère d'équilibre et de design qui semble tourbillonner dans une illusion d'art cinétique.

Édifiée en 1965 par les architectes André Chrysocheris et Bernard Laville, la résidence de standing le Goya s’inscrit dans un style architectural moderne. Située sur l’avenue du Prado en plein cœur du Carré d’Or, le bâtiment s’élève sur 38 mètres, offrant à ses occupants un superbe panorama sur la cité phocéenne.

Son architecture emblématique des années 60 composée de trois ailes disposées en équerre, se caractérise par ses grandes lignes et ses formes géométriques. Le bâtiment habillé de grandes baies vitrées, offre à ses 112 logements de belles terrasses à ciel ouvert. À l’entrée, les portes vitrées du hall de l’immeuble mettent en valeur le cœur de l’édifice, suscitant la curiosité des passants.

La prouesse architecturale de cet édifice réside avant tout dans les parties communes où l’on découvre son sublime escalier hélicoïdal. Signé par l’architecte-designer Jean Piantanida, il se présente comme un véritable chef-d’œuvre de charpenterie, faisant référence à l’art cinétique. L’escalier réalisé en lamellé-collé de sapin du Nord, à la fois massif, étrange, et surdimensionné, déploie ses marches suspendues et ses courbes envoûtantes comme une envolée tourbillonnante. Aujourd’hui encore, ce féerique escalier questionne le monde architectural quant à la technicité de sa réalisation et son équilibre parfait.

Bernard Laville & André Chrysocheris

Né en 1915 à Constantinople, André Chrysochéris est un architecte DPLG aux influences méditerranéennes marquées. Il sera diplômé de l’École Régionale d’architecture de Marseille ainsi que de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1942. Il débutera sa carrière aux côtés de brillantes figures de la scène architecturale marseillaise comme Jean Allar, avec qui il construira l’ancien centre hospitalier Cantini. Parmi ses œuvres marquantes, on notera la gare maritime de Marseille ou encore le hangar d’aviation de Marignane construit dans les années 1950. Puis, il dédiera sa carrière à la construction de programmes de logements individuels et collectifs comme l’ensemble d’habitation le Collet de Comtes à Marseille, le Lotissement du Cap Liouquet à La Ciotat et bien-sûr le Goya.

À ses côtés, Bernard Laville, né en 1928, est un architecte marseillais diplômé de l’École Régionale d’Architecture de Marseille dans les années 50. Au cours de sa carrière, il aura la chance de travailler pour les agences de Renée Egger et Claude Gros. Étant le fils d’un important promoteur-constructeur marseillais : Georges Laville, il se verra également participer à l’œuvre de projets significatifs comme la résidence « Les jardins de Thalassa » située aux abords de la Corniche Kennedy.

Des lignes modernistes et un escalier chef d'oeuvre de charpenterie : un mystère d'équilibre et de design qui semble tourbillonner dans une illusion d'art cinétique.

  • IMPRIMER LA FICHE
  • DIAGNOSTIQUE ENERGETIQUE
  • TRANSPORTSM1 M2 ROND POINT DU PRADO
  • PARTAGER